Le concept de camionneurs homosexuels expliqué pour vous

En ce moment, l’homosexualité s’élargit dans plusieurs pays du monde. Certains d’entre eux acceptent que deux êtres de même sexe s’aiment et les laissent se marier. Mais d’autres, pour eux c’est un tabou. Ce terme désigne l’accouplement ou un amour entre deux personnes de même sexe que ce soit deux hommes ou deux femmes. Il existait déjà depuis des siècles comme dans la période de Sodome et Gomor. Depuis ce temps jusqu’à maintenant, sa signification désigne que c’est mal de le faire. D’après la Bible, que Dieu a créé deux êtres de sexe opposé pour s’aimer et procréer des enfants comme Adam et Ève !

L’homosexualité dans les pays africains

En Afrique, c’est un tabou même d’énoncer ce terme dans les contes à raconter aux enfants. C’est rare depuis l’ère chrétienne surtout dans la vie sociale par rapport aux pays occidentaux. Quand les Africains veulent en parler, ils utilisent des métaphores ou autres expressions afin que ce ne soit pas trop évident. Donc, dans tous les niveaux lorsque quelqu’un veut parler de ce mot à un autre, il ne le précise jamais, mais essaie d’utiliser d’autres moyens ou même gestes. C’est peut-être la raison de leur engouement sur cette question de sexualité. C’étaient les Africains de jadis et de nos jours qui ne parlent pas de la sexualité, mais les missionnaires qui y sont venus, ont considéré ce cas comme un moyen primitif de l’explorer. Donc, ils ont employé cette raison pour faire apparaitre le contraire dans les pays africains. C’est une annonce bdsm qui a montré l’évolution de la pensée des Africains sur la sexualité et ses alentours comme l’homosexualité.

L’homosexualité : une activité jouissive

C’est classé parmi un acte provocateur et déplaisant de présenter ce type d’action qui est l’homosexualité dans une activité appelée jouissive. Mais quoi qu’il en soit, cela ne dépend pas de ceux que les Africains ont toujours pensé : l’acte sexuel est considéré comme un moyen de s’offrir du plaisir. C’est la signification sauf si la femme n’était pas consciencieuse ou qu’elle était dans un état de frigidité ou même d’excision. Depuis toujours, les femmes africaines ont été excisées dans diverses sociétés qui y existent. Et que ceux sont les hommes qui ressentiraient le plaisir, mais jamais chez une femme. L’objectif avant était de se reproduire c’est-à-dire que chaque homme et femme doivent avoir le plaisir pour pratiquer le rapport sexuel. Mais en ce moment, c’est placé comme une satisfaction des terminaisons nerveuses. C’est la raison selon laquelle l’homosexualité est considérée comme une activité de jouissive pour ceux qui en participent que ceux soient deux femmes ou deux hommes.

L’homosexualité : les contours sémantiques dans les langues des Africains

Est-ce que des thèmes africains ressortent des langages relatifs aux homosexualités ? Pour commencer, quel est le concept des Occidentaux sur l’homosexualité ? Il est d’origine grecque antique qui montrait une relation étroite entre le maitre et son élève. Et cela se termine tout le temps par un acte sexuel entre les deux individus. Le but de cette action : l’enseignant mettait une condition sur l’acquisition de la connaissance. C’est comme si c’était la voix à prendre, car on dirait que ce programme fait partie des activités pédagogiques de l’école. Il n’y a pas d’interdiction : tout le monde doit y passer pour réussir dans les études. Il n’était pas seulement accepté entre deux personnes sans engagement : il était adapté entre soit son maitre et son esclave soit entre l’enseignant et son élève. Mais la condition c’est qu’il ne doit pas avoir du plaisir ou de l’amour entre les deux. Il faudra que ce soit comme une bataille entre le plus fort qui détient le pouvoir et le plus faible, l’être dominé.

L’homosexualité : la pratique à travers les classes d’âges

Presque toutes les populations de chaque pays connaissent une évolution de chaque individu. Vous devriez connaitre qu’un enfant ne soit jamais responsable ou conscient de toutes les activités interdites ou non permises. Ils sont considérés comme des êtres asexués c’est-à-dire qui ne jouent aucun rôle dans les actes qu’ils fournissent. Par exemple, dans un endroit à Cameroun, quand les garçons n’ont pas encore eu de rapport sexuel : c’est qu’il est considéré en état de croissance ou prénommé Kiembe. C’est la raison pour laquelle l’homosexualité était favorisée, car comme les filles étaient très préservées à cause de leur virginité. Elles participaient surtout aux activités ménagères et aident leur mère. Tandis que les garçons s’amusent ensemble. Ils peuvent aussi dormir ensemble. C’est là que la tentation arrive : ils essaient de faire de la pénétration anale entre eux. Chez les Bafia, c’est comme une coutume de faire sodomiser leur petit frère à partir de 6 ans par leur ainé. Il joue un rôle passif dans la vie de leur grand frère. Par contre, toute relation entre deux sexes opposés est interdite. Et leur relation est vraiment un tabou très interdit.

Comprendre l’amour et le sexe en pleine crise sanitaire
Comment choisir son masturbateur ?